SityGuides des opérateurs touristiques


   

 
Retour à la liste »

Vues: 96

_Entre forêt et clairières autour de Gambaiseuil

11 km, 03h03

• Auteur : Chevreuse

Remarquable, préservé, pittoresque, ravissant, secret… Gambaiseuil a plus d'un atout pour vous séduire. Cheminez de chênes en hêtres majestueux, grisé par l'odeur des pins, bercé par le doux murmure du ruisseau, à la découverte des nombreuses espèces protégées dont regorge le site. Flânez un moment dans le village aux petites maisons rurales soigneusement restaurées, groupées autour de la charmante église et attardez-vous dans la clairière le temps d'une pause en compagnie de ces vaches aux longs poils qui entretiennent la beauté du paysage !

  1. Photo

  2. Carte




    Please wait...

  3. Smartphone - Tablette

    Découvrez cette randonnée dans notre application mobile SityTour en scannant ce Qr Code !

    Si vous êtes déjà sur un Smartphone ou une Tablette, cliquez ici pour ouvrir directement la randonnée.





Distance 11 km
 Durée 03:03
Difficulté Moyen
Altitude min 127 m
Altitude max 193 m
Dénivelé positif 202 m
Dénivelé négatif 215 m

Altitude

Maison forestière du...

Cette maison construite en 1876 est recouverte d'un enduit décoratif, caractéristique de son époque, le rocaillage. Il est constitué de petits cailloux de meulière incrustés dans un mortier rose dont la couleur est obtenue par ajout de tuileau (tuiles ou briques finement broyées).

Pins et bruyères

Vous cheminez entre les plantations de pins, essences bien adaptées à ces zones sablonneuses. Notre espèce locale, le Pin sylvestre, est reconnaissable à son tronc rougeâtre en haut. Le Pin laricio, qui nous vient de Corse, a des aiguilles plus longues et une écorce grise. Un tapis de bruyères s'étend à leur pied. Mais de quelle bruyère s'agit-il ? Des feuilles en aiguilles et des fleurs rose violacé en clochette, c'est la Bruyère cendrée. Des feuilles en forme de minuscules écailles et des petites fleurs "doubles" rose légèrement plus pâle, c'est la Callune. Vous avez toutes les chances de trouver les deux car elles affectionnent les mêmes endroits.

Le ruisseau des Pont...

La vallée du ru des Ponts Quentin est un site remarquable par la richesse de sa faune. Outre les chiroptères, on y trouve la martre et la musaraigne aquatique. Dans le ruisseau, se reproduisent la truite fario et la lamproie de Planer, témoins de la très bonne qualité de l'eau. La flore n'est pas non plus en reste avec quelques plantes aux noms évocateurs de leur statut (!) telle l'Osmonde royale, grande fougère des bois marécageux ou encore le Piment royal, arbrisseau très odorant des milieux tourbeux. Si le caractère royal de l'Osmonde est mystérieux, celui du Piment est dû au fait que ses rameaux entraient dans la composition des bouquets de mariages royaux. De bouquets, vous n'en ferez point aujourd'hui, puisqu'il s'agit d'une espèce protégée tout comme l'Osmonde. Au MoyenÂge le Piment royal servait à la fabrication du gruit, mélange de plantes utilisé pour parfumer la bière, avant la généralisation du houblon.

Lande humide

Vous longez une partie des landes humides d'une des nombreuses ZNIEFF du secteur. C'est aussi une réserve biologique dirigée de l'ONF dans laquelle la gestion forestière a pour objectif le maintien ou le renforcement de la biodiversité. Celle-ci s'étend vers l'Ouest sur 475 ha. Ces milieux tourbeux exceptionnels abritent notamment une petite plante carnivore, la Drosera intermedia et une autre espèce de bruyère adaptées aux milieux humides, la Bruyère à quatre angles.

Chêne de l'ascension

Dénommé ainsi car il a été "inauguré" lors de cette fête, le Chêne de l'Ascension se détache au milieu d'une plantation de chênes rouges d'Amérique. Avec ses 26 m de hauteur et ses 5,15 m de circonférence, c'est l'un des plus gros arbres de la forêt de Rambouillet, le doyen étant le chêne Baudet ( Commune du Perray-en-Yvelines ) qui a probablement dépassé les 500 ans. L'intérêt porté aux arbres remarquables n'est pas récent puisque le premier inventaire en forêt domaniale fut réalisé en 1911. Âge, forme, dimensions, curiosité botanique, rareté de l'essence, coutumes ou légendes associées… Plusieurs critères déterminent le caractère exceptionnel d'un arbre.

Carrefour des Balive...

Au XVIIe siècle, la forêt est surexploitée. Afin de favoriser la production de bois pour la construction, l'ordonnance de Colbert de 1669 obligera à traiter un quart de la surface boisée en futaie. Dans les taillis (exploités tous les dix ans pour la plupart, afin de fournir rapidement du bois de chauffage), on devra réserver au moins seize arbres de l'âge du taillis par arpent ( 0.5 hectares ). Ces arbres appelés "baliveaux" seront utilisés comme bois d'œuvre.

Le Hêtre des Ponts Q...

Décidément, cette forêt regorge d'arbres remarquables. Si la grande majorité sont des chênes, ce hêtre fait figure d'exception. Ce n'est ni le plus gros, ni le plus beau mais avec ses 25 m de haut et des 4,40 m de circonférence, il est tout de même impressionnant !

Lavoir

En 1851, le gouvernement vota des crédits pour doter de lavoirs toutes les communes de France. Construits abondamment dans le courant du XIXe siècle, ils reflètent la volonté politique hygiéniste de l'époque. Ce lieu aujourd'hui silencieux était autrefois animé des bavardages de celles qui venaient y laver le linge ou plus précisément le rincer, le lavage proprement dit (appelé coulage) se faisant à la maison et à l'eau chaude additionnée de cendres. Lieu d'échanges et de sociabilité pour les femmes, il ne doit pas faire oublier la pénibilité de ces tâches qui s'effectuaient à genoux, les mains dans l'eau souvent glacée et par tous les temps ! Ce petit patrimoine témoin de notre histoire fait l'objet d'un entretien régulier. Une vanne dont le mécanisme est encore en place permettait de maintenir un niveau d'eau suffisant.

Eglise

Située au coeur du bourg, l'église est toujours entourée de son cimetière, partiellement clos de murs. Elle fut construite probablement au XIIe siècle et la charpente sculptée date du XVIe siècle. La façade principale et le clocher ont été refaits en 1913. Dépendant de l'Abbaye de Grandchamp, Gambaiseuil était un prieuré-paroisse. Cette double mission est une des particularités de l'ordre des Prémontrés : l'Office divin en tant que moine et l'action auprès des fidèles en tant que curé.

Respecter l'itinérai...

Ici, le tracé se situe entre l'église et la haie, direction sud-ouest. Évitez d'entrer sur la propriété privée derrière la barrière en bois.

   Avis



Note globale : --/5
Donnez votre avis

Partage



URL: